Skip to content

19-20 Juillet 2013 – Col des tentes – Boucharo – Canyon d’Ordesa – Goritz – Brêche de Rolland – Col des tentes

Accès au départ : Col des tentes (Gavarnie)
Dénivelé : J1 +1300 -2000    J2 +1600 -1000
Temps :  10h J1 10 J2 (Pauses comprises (trés peu))
Trace GPS : J1 J2
Nombre de participants : 2

 

Journée 1 :

Grosse randonnée de prévue. Je souhaite aller depuis longtemps à la Faja de Pelay, c’est l’occasion d’y aller en faisant une grande boucle et en marchant principalement en Espagne.

Le départ de cette boucle s’effectue au col des tentes où on laisse la voiture pour descendre par le col de Boucharo.

 

Nuage par le port de Boucharo

Un gros nuage passe discrètement par le col.

En avant dans le port de Boucharo

 

Un premier névé nous oblige à faire quelques pas d’escalade.

Un petit pas d’escalade

La descente est sympa et le ciel vire au bleu.

Le ciel se découvre

Ou pas … Ca dépend un peu où on regarde.

Ou pas …

La descente est bien longue mais vaut le détour rien que pour la rivière qui est d’un bleu absolument sublime !

Rio ara

Une rivière magnifique

Panorama Rio Ara

Nous faisons une pause déjeuner dans la forêt pour se requinquer. La pause est courte, le programme chargé , feu ! On suite le GR11 (exception faite au niveau de Puente des Los Navarros où on emprunte un chemin plus direct). Nous arrivons enfin vers le début du canyon. La météo est très changeante, il pleut 5min puis cela s’arrête. On s’arrête régulièrement pour mettre une veste imperméable … qu’on enlève 2 minutes après.

Soudain, entre deux arbres, on commence a distinguer la partie haute du canyon.

Dans le canyon

C’est très joli et on longe une superbe rivière. Malheureusement, je ne peux pas prendre en photo les cascades, la végétation est un peu trop importante, ça n’aurait rien donné. La montée nous fatigue bien, ça fait déjà pas mal d’heures qu’on marche.

On arrive enfin au parking de la Pradera. Nouvelle pause pour prendre des forces, on en a besoin. D’autant qu’il se remet à pleuvoir et qu’on est arrivé à l’embranchement pour aller sur la faja de Pelay. Le gros dilemne, ça va bien monter, la météo est pas top et nous n’aurons pas d’abri en cas d’oarge une fois la haut … Un coup de tonnerre nous aide à prendre la bonne décision. Ok on continue de suivre le GR11.

La pluie s’arrête puis recommence … Nous croisons tous les randonneurs qui redescendent. On arrive à un superbe abri.

Abri pour la nuit

Et on choisit de rester sagement là, il est assez tôt (18h) et on est aussi bien naze.

Grand luxe

 

On se fait un bon gueuleton et hop au lit.

2h30 ! Gros coup de tonnerre et la pluie s’abat sur notre cabane. On n’est pas encore rassuré par son étanchéité mais ça tient bien le coup. La haut, ça tonne fort, on ne sera pas trop inquiété, l’orage n’est pas juste au dessus de notre tête.

On vérifie régulièrement que l’eau ne rentre pas : c’est parfait ;)

Le tonnerre s’arrête vers 4h30, on peut continuer notre nuit.

 

Journée 2 :

 

7h15 ! Un garde du parc nous réveille, parle très vite en Espagnol. On comprend qu’il faut lever le camp, on le remercie et on plie tout. Petit déjeuner pris sur le pouce pour marcher et rejoindre rapidement si possible le refuge de Goritz.

A la louche, je m’imagine qu’il nous faudra 2h (… 3h30 dans la vraie vie)

 

Matin ensoleillé

Le canyon est toujours aussi beau et la vue se dégage peu à peu, on peut enfin bien apercevoir les murailles qui nous entoure.

Faja de Pelay

La fin du canyon est superbe, la lumière du matin y est pour quelque chose.

Canyon Ordesa

Deux possibilités pour sortir du canyon, en randonnée par le GR 11 ou par la clavija où il faut poser les mains et escalader un peu. Etant chargé, on prend l’option GR11.

Fond du canyon (clavija dans le trou)

 

Clavija

 

Canyon Ordesa

 

Toujours le canyon

 

Faja de Pelay

 

Cascade de la queue de cheval

 

Canyon avec un peu de hauteur

 

 

Cirque Soaso

 

Non j’en ai pas marre du canyon

On arrive donc à Goritz vers 11h15. Au lieu d’y prendre le petit déjeuner comme prévu, on y prend le déjeuner … Et on repart, le ciel est un peu chargé pour le retour et il pète des orage chaque après midi donc on n’est pas spécialement rassuré. C’est côté français où on aperçoit quelques nuages montant.

 

Le taillon (depuis le col de Millaris)

On avance bien et nous rencontrons deux randonneurs français (ils se font rares côtés espagnol) à qui je demande par où ils sont passés. Ils ne sont pas passés par le pas des Isards mais nous indiquent que ça se fait. J’ai un souvenir du pas des Isars comme étant très pentu. Avec la neige en plus, je n’ai pas très envie d’y passer.

Mais finalement, ne voyons pas de trace sur la neige pour la montée à la brêche, j’ai préféré passer par le pas des Isards, ça aura le mérite de nous économiser un peu, il aurait fallu redescendre pour remonter … Nous suivons donc les cairns sur les rochers déneigés jusqu’à atteindre la partie haute bien enneigée.

 

Dernière montée

On chausse les crampons et nous nous armons du piolet. Cela ne pause aucun problème.

Vers la brêche de Rolland

 

Arrivés vers la brêche, on s’arrête pour prendre les dernières photos. On est content, il nous reste 2h de marche mais on est surtout rassuré de ne pas avoir pris l’orage en étant à la brêche. Petite pause au refuge des Sarradets pour terminer cette grande boucle côté Espagnol. Le chemin pour rejoindre le col de Boucharo étant un peu sous la neige, il a fallu se taper du hors sentier pour finir … Ca nous a un peu achevé, il en fallait plus beaucoup en même temps.

 

 

 

Traces GPS :

J1 :

Distance totale: 26137 m
Altitude maximum: 2283 m
Altitude minimum: 1021 m
Denivelé total positif : 1333 m
Denivelé total négatif: -1993 m
Télécharger

J2 :

Distance totale: 20868 m
Altitude maximum: 2776 m
Altitude minimum: 1559 m
Denivelé total positif : 1646 m
Denivelé total négatif: -1004 m
Télécharger
5 Comments Post a comment
  1. julien #

    Bonjour,
    Je compte faire le parcours similaire mais en sens inverse la première semaine septembre (on sera 2).
    Pour la partie refuge des Sarradets – refuge de Goriz, je m’interroge sur la faisabilité avec l’enneigement (nous n’avons jamais fait crampons + piolet) + l’orientation.
    Est-ce que cela se fait bien ? (oui d’après vos photos ?)
    merci d’avance,
    Julien

    août 2, 2013
    • krusaf #

      Clairement la descente ne pose aucun problème. Vous pouvez même passer tout droit sans crampons, le soleil rend la neige bien molle.Et d’ici Septembre, il ne restera probablement pas grand chose voir rien.

      Au plaisir de peut-être s’y croiser, je serai surement dans le coin aussi début septembre ;)

      août 3, 2013
  2. julien #

    merci et peut-être nous croiserons nous alors :

    août 5, 2013
  3. Fab #

    Super sortie, magnifiques photos !!!

    août 19, 2013

Trackbacks & Pingbacks

  1. 09-13 Septembre 2013 – Taillon, Casque, Mont Perdu, Faja de Pelay | Hike it – Like it !

Leave a Reply

You may use basic HTML in your comments. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS